Alzheimer : plus de données pour mieux comprendre

Credit Matthias Zomer

A la Pitié-Salpêtrière, le Pr Dubois, neurologue et spécialiste de la maladie d’Alzheimer, a bénéficié du soutien de la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche pour la création d’un nouveau centre de recherche clinique sur les maladies neurodégénératives

Grâce à un don de 400 000 euros du Fonds Malakoff Médéric Innovation Santé, cette nouvelle structure fera partie intégrante de l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A) à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière et sera rattachée au pôle des maladies du système nerveux et à l’ICM.

Alzheimer : une maladie que l’on ne comprend toujours pas bien    
Les plus grands spécialistes font le même constat : on ne comprend pas encore suffisamment la maladie d’Alzheimer. Pourtant il y a urgence : selon l’OMS, 1/3 de la population européenne, soit 179 millions d’individus seraient touchés par au moins 1 trouble du cerveau. La maladie d’Alzheimer est la cause la plus courante de démence, à l’origine de 70 % des cas. Les hôpitaux de l’AP-HP concentrent un nombre important de patients concernés par les maladies neurodégénératives.

Le constat est le suivant : les médicaments actuellement en développement bloquent les lésions de la maladie et pourtant ils n’ont pas d’effet sur les symptômes. L’explication possible serait que traiter des patients à un stade avancé de la maladie serait trop tardif. D’où l’idée de les traiter le plus tôt possible, peut-être même avant les symptômes. Car on peut aujourd’hui identifier les lésions chez les sujets encore normaux (n’ayant pas encore de signes) : c’est le projet de ce centre de recherche clinique que de travailler sur les formes les plus précoces de la maladie d’Alzheimer et par extension des maladies neurodégénératives. Pour cela il faut développer des marqueurs facilement accessibles chez les patients, véritable signature biologique de la présence de la maladie. Ces patients, une fois détectés, pourraient ainsi bénéficier des médicaments en cours de développement avant même l’apparition des symptômes.

Faire de la recherche autrement           
Le manque de connaissances sur ces maladies a conduit le Pr Dubois à tester une nouvelle approche.
Son projet ? Chercher autrement des informations sur ces maladies et leurs signes avant-coureurs.
Comment ? En compilant une base de données générales (sur les conditions de vie), cliniques, cognitives, biologiques, génétiques et en neuroimagerie (IRM, TEP-Scan métabolique, TEP-Scan amyloïde) concernant les patients adressés à ce centre de recherche clinique de l’AP-HP. Ces données de masse (Big Data) permettront de tester de nouvelles hypothèses sur les causes et les mécanismes de la maladie, de définir de nouveaux algorithmes diagnostiques, d’identifier des marqueurs de repérage et de proposer de nouveaux traitements, plus personnalisés.

Pour en savoir plus 
Consultez la vidéo « à la rencontre du Pr Dubois »  

Bruno Dubois est spécialiste de la maladie d’Alzheimer, professeur de neurologie à l’université Pierre et Marie Curie (Paris 6), il dirige l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A) et est chef d’équipe à l’ICM. Il a publié de nombreux travaux sur la neuropsychologie, la neuroimagerie et la neuropharmacologie des démences dégénératives et notamment de la maladie d’Alzheimer. Il est à l’origine d’une nouvelle définition de la maladie mondialement reconnue.